} catch (e) {console.error(e)} n()});

Chenilles processionnaires

Comment les reconnaître

Il est très aisé de confondre la chenille processionnaire avec d'autres chenilles poilues comme, par exemple, Le Bombyx du chêne (Lasiocampa quercus L.), Le Gazé (Aporia crataegi L.) ou encore La Laineuse du Cerisier (Eriogaster lanestris L.).

La Processionnaire du Chêne

La Processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionea) est un papillon qui fait partie de la famille des Notodontidae. L’insecte adulte mesure environ 30 mm d’envergure. Les ailes antérieures sont grises, avec deux bandes foncées parallèles chez le mâle et les postérieures sont blanches marquées d’une tache sombre à l’extrémité postérieure.

Les adultes émergent de juillet à septembre. Les œufs éclosent au printemps suivant.

La larve est une chenille de quelques millimètres (stade L1) à 50 mm de long (stade 4 ou 5), jaunâtres avec une ligne foncée sur le dos.  Le corps est fortement velu et couvert de soies urticantes et allergisantes, qui lui donne un aspect gris argenté. Les chenilles marchent en procession et construisent des nids de soies sur les troncs et les branches de chênes. La nuit, elles quittent leur nid pour se nourrir des feuilles. Pour cela, elles se déplacent en procession. 

Le stade de nymphose (phase de croissance entre le stade chenille et le stade papillon) se fait individuellement au sein du nid. 

Relation avec l'Homme

La processionnaire du chêne pose de véritables problèmes d’ordre sanitaire sur les arbres et sur les hommes et animaux. Les chenilles sont à l’origine d’importantes défoliations sur les chênes (jeunes et adultes) provoquant un ralentissement de la croissance des arbres atteints. Toutefois, une défoliation totale ne provoque pas directement la mort des arbres hôtes. Cependant, les défoliations répétées sur plusieurs années contribuent à leur affaiblissement, et ces arbres deviennent ainsi plus sensibles aux stress hydriques et aux attaques d’autres parasites et/ou pathogènes, comme l’oïdium par exemple (maladie du feuillage).

De plus, à partir du stade L3, les chenilles libèrent dans l’air des poils urticants très
allergènes
pouvant provoquer des atteintes cutanées (démangeaisons pouvant mettre
jusqu’à
deux semaines à disparaître, œdèmes...), des atteintes oculaires (glaucome,
cataracte
...) ou encore des atteintes respiratoires (crise d’asthme...). Ces soies urticantes
sont
disséminées par le vent pendant tout l’été, et les reliquats de nids de nymphose,
accrochés
sur les grosses branches et les troncs, conservent leur potentiel d’urtication
même
pendant l’hiver.

 

Que faire ?

Nous contacter

Edivert - Reims

Service GNE

18 rue des Blancs Fossés

51370 Ormes - Tinqueux - Reims

Tél : 03 26 03 90 53

Tél : 06 23 32 80 06

EDIVERT - Condé-sur-Aisne

Service GNE

29 route de Vouziers

02370 Condé-sur-Aisne

Tél : 06 23 32 80 06